Rechercher
  • L'École Florale

La fine fleur de la botanique : le Zamioculcas

Qu’est-ce qu’un Zamioculcas ?


Une élégante plante originaire d’Afrique tropicale qui viendra sublimer la décoration de votre intérieur. Cette plante résistante aux feuilles épaisses et brillantes nécessite très peu d’entretien.

Quelques informations :


Nom botanique : Zamioculcas zamiifolia Famille : Aracées

Feuillage : Persistant Type : Plante d’intérieur

Hauteur : 0,5 à 1 m en intérieur Exposition : Lumineuse Sol : Terreau universel ou horticole


Entretien :


Bonne nouvelle ! Le Zamioculcas nécessite de très peu d’entretien ! C’est une plante pour ceux qui disent ne pas « avoir la main verte » ! ;-)

Il doit être arrosé une fois par semaine lorsqu’il fait chaud (l’été) et une fois toutes les deux semaines l’hiver.

Même si le Zamioculcas peut se développer dans une pièce plus ou moins lumineuse, nous vous conseillons de le mettre dans un emplacement lumineux mais sans soleil direct. Si celui-ci est dans une pièce trop sombre, il cherchera alors la lumière ce qui lui fera des tiges longues et biscornues.

Attention, le Zamioculcas ne supporte pas les températures en dessous de 15°c et l’excès d’eau.



Variétés :


Il n’existe qu’une seule espèce de Zamioculcas : le Zamioculcas zamiifolia caractérisé par ses feuilles persistantes vertes foncées et luisantes.



Rempotage :


Il est conseillé de rempoter le Zamioculcas dans un pot au diamètre légèrement supérieur au printemps, de Mars à Avril, tous les 2 à 3 ans car la plante s’étoffe assez rapidement.

Le Zamioculcas ne supportant pas l’excès d’eau, il faut que le fond du pot soit percé ou qu’il y ait un système pour faciliter l’écoulement de l’eau, comme un lit de graviers ou de billes d’argile sous la motte.

Il est essentiel d’utiliser un bon terreau, car lorsque la plante est à l’intérieur, lui seul lui apportera les nutriments nécessaires à son bon développement.

Lors de son rempotage, la motte peut être divisée en 2 afin de multiplier et régénérer la plante.


Article rédigé par Margaux Duris, en formation à l'École Florale en CAP 1 an.

75 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout