Rechercher
  • L'École Florale

La fine fleur de la botanique : L'orchidée

« Aucun sujet ne m’a plus intéressé dans ma vie que celui des Orchidées »

Darwin.



L'ORCHIDÉE ÉQUATORIALE


Phalaenopsis, Oncidium, Cambria, Brassia, Vanda, Cattleya, Odontoglossum, Miltonia, Paphiopedilum, Dendrodium,..etc. sont des plantes appartenant à la famille des Orchidacées, certaines de ces appellations vous diront peut-être quelque chose, nous connaissons tous au moins une de ces espèces... que ça soit de nom ou juste par son apparence. En effet, bien que certaines soient plus connues que d'autres, on compte plus de 20 000 espèces d'orchidées par delà nos continents et parmi elles de nombreuses variétés aux multiples formes, couleurs, et types d'entretien différents.

Très appréciées voire fascinantes et extraordinaires, elles rencontrent un franc succès auprès des amateurs en fleurs et plantes fleuries dans le monde.



Il existe trois catégories d'orchidées définies selon leur lieu de pousse à l'état naturel :

  • Les orchidées Saprophytes que l'on retrouve sur les arbres morts, se nourrissant ainsi des matières végétales en décomposition.

  • Les orchidées Lithophytes poussant sur les rochers, se contentant de l'eau de pluie qui ruisselle à la surface de la roche, ou de l'humidité ambiante. Il leur arrive parfois de se nourrir de leurs propres matières végétales en décomposition.

  • Les orchidées Épiphytes, qui ne se présentent en aucun cas comme un parasite mais plutôt comme l’hôte de l'arbre où elles se trouvent, s’accrochent à l'écorce et prélèvent leur nourriture dans l'humidité de l'air ou dans l'humus amassé dans les creux de l'arbre.


Ces trois catégories peuvent être de différentes origines climatiques :

  • Les orchidées tropicales (comme par exemple la Miltonia, la Cambria, le Dendrobium)

  • Les orchidées équatoriales (comme par exemple le Phalaenopsis, la Vanda, le Paphiopedilum)


Le climat Tropical se caractérise par la présence de deux saisons bien distinctes, une sèche aux températures douces qui ne descendront pas en dessous de 18°C et une période bien plus humide aux températures plus fortes, alors que le climat Équatorial se distingue par une seule et unique saison, principalement humide dûes à fortes précipitations constantes et ne connaît que des températures excessivement chaudes.

Ici, nous nous intéresserons aux Orchidées Équatoriales.



Quelles Orchidées Équatoriales peut-on se procurer ? Quel entretien ?


Le Phalaenopsis est la variété d’orchidée la plus répandue dans nos magasins. Très populaire, elle doit sans nul doute son succès à sa facilité d’entretien (c’est l’orchidée qui refleurit le plus facilement) et à ses remarquables couleurs et motifs variés. Cette orchidée se plaira avec une belle luminosité, mais elle appréciera peu d’être exposée aux rayons du soleil et au froid de l’hiver, il est donc conseillé de l’installer directement derrière le voile d’une fenêtre.

Pour l’arroser, le trempage est idéal. Immergez tout le pot (la partie racinaire) dans une eau tempérée pendant une ou deux minutes. En période chaude, un arrosage par semaine, et tous les 15 jours en période plus fraiche. Égouttez-la bien avant de la remettre dans son cache pot, car il ne faut surtout pas que de l’eau stagne au risque de faire démarrer une pourriture des racines.

Petite astuce ! Pour s’assurer que votre orchidée a soif, il suffit d’observer ses racines. Généralement d’un beau vert et dodues, ces dernières tirent sur le gris et se fripent quand votre Phalaenopsis a soif. Mais attention ! Si elles sont très amaigries et sans la moindre couleur, cela signifie que votre plante est en grande souffrance.

Plante équatoriale, elle craint le froid, il est donc nécessaire de la maintenir en intérieur sans faire descendre les températures en dessous de 16°C, tout en lui évitant les courants d’air.


La Vanda est une orchidée spectaculaire et très originale qu’il sera difficile de faire refleurir. Plus exigeante en luminosité, elle a besoin d’une grande quantité de lumière et idéalement venant du dessus, donc une grande baie vitrée ou suspendue à un Velux sera l’idéal pour elle, elle ne craindra pas non plus les rayons directs du soleil du matin et de la fin d’après midi.

Elle a aussi pour particularité de préférer avoir les racines à l’air libre, on peut alors la suspendre dans un panier ou la placer dans un grand vase sans substrat par exemple. De par ses racines aériennes nues, cette orchidée nécessite un apport en eau plus important, c’est à dire tous les 2 jours en Été et 2 fois par semaine en Hiver. Pour cela, il suffit de la baigner pendant 1 heure, et de toujours bien égoutter les racines avant de la remettre à sa place.

La Vanda aime idéalement se retrouver entre 18°C et 28°C tout en supportant largement 40°C tant qu’elle est arrosée chaque jour dans ce dernier cas. Elle peut aussi survivre à des températures basses situées entre 10°C et 13°C mais arrêtera alors totalement son développement. Les courants d’air seront aussi à éviter pour elle.


Le Paphiopedilum, comprend deux groupes trouvables dans le commerce. Celles aux feuilles vertes unies et uniflores et celles aux feuilles vertes unies ou tesselées (marbrées de différentes teintes de vert) et multiflores. Elles répondent toutes les deux aux mêmes exigences de luminosité, à savoir idéalement placées à moins d’1 mètre d’une fenêtre bien exposée sans soleil direct, par exemple derrière un voilage.

Gourmand en eau, le Paphiopedilum doit être arrosé par trempage 1 fois par semaine sans jamais laisser la motte se dessécher mais sans pour autant laisser l’eau stagner à la base de la plante afin d’éviter toute pourriture.

Ces deux groupes de Paphiopedilum se distingueront notamment en température. Tandis que la variété uniflore appréciera et supportera quelques fraîcheurs nocturnes situées entre 15°C et 16°C, la multiflore, elle, ne devra pas être exposée à des températures en dessous des 18°C.


Floraison et Rempotage


Pour le rempotage c’est très simple, quand vous constatez que les racines ont envahi le pot de votre orchidée il est grand temps de la rempoter, sinon, comptez tous les 3 ans à peu près et faites-le au moment du Printemps.

Chez le Phalaenopsis et le Paphiopedilum, il est important de ne pas étouffer les racines. Il est donc conseillé de les rempoter dans un substrat à base d’écorces de sapin additionné de sphaigne ou de billes d’argiles. Quant à la Vanda n’appréciant guère d’être cultivée en pot, il n’est pas nécessaire de se préoccuper de son rempotage, idéalement installée suspendue, dans un panier par exemple, laissez-la former une belle cascade avec ses racines.

Quelques conseils pour faire refleurir votre orchidée. Généralement elles sont déjà fleuries au moment de l’achat et donc une fois la floraison passée, il est conseillé chez le Phalaenopsis de couper la hampe florale au 3ème nœud (comptez en partant de la base) tout en vous débarrassant des fleurs fanées. La nouvelle hampe pourra ainsi se développer à partir d’un de ces nœuds ou entre les feuilles. Chez la Vanda et le Paphiopedilum, la tige ne fleurit qu’une seule fois, il n’est donc pas nécessaire de la conserver, coupez-la le plus bas possible, une autre prendra sa place depuis la base.

Petites astuces ! Une différence de température entre le jour et la nuit stimule la floraison et appliquez de la cannelle sur la zone coupée de la hampe pour ses propriétés antibactériennes !



Le saviez-vous ?


- Les noces d’Orchidée correspondent à 55 années de mariage.


- La Colombie, le Costa Rica, le Panama, Singapour et le Venezuela ont l’Orchidée pour fleur nationale !


- Selon d’anciennes traditions asiatiques, pour chasser les mauvais esprits, il fallait balayer le sol de la maison d’un défunt avec une botte de pseudo-bulbes et de feuilles de Dendrobium.


- L’Orchidée Vanille est la première Orchidée introduite en Europe.


- En 2012, deux nouvelles espèces d’orchidées ont été découvertes à Cuba !


- Environs 120 espèces d’Orchidées ont été recensées en France.


- Certaines Orchidées sont expertes en imitation. Par exemple, le Paphiopedilum a des pétales poilus et tachetés de formes en reliefs simulant la présence de pucerons, ainsi elle attire les syrphes pensant faire un festin. L’insecte ne servira qu’à polliniser la plante. D’autres Orchidées imiteront leur insecte pollinisateur pour l’attirer.


- Le Phalaenopsis est aussi appelé Orchidée Papillon, il doit son surnom à la forme de ses pétales latéraux évoquant les ailes d’un papillon de nuit, celles du Phalène.


- L’apparence du Paphiopedilum rappelle celle d’un soulier, c’est pourquoi on le surnomme Sabot de Venus.




Et dans la Mythologie ?


Dans la mythologie Grec, Orchis est le fils d’une Nymphe et d’un Satyre. Tandis qu’il hérite de la beauté divine de sa mère, il reçoit néanmoins de son père le gout pour la luxure.

C’est lors d’un banquet organisé par le Dieu Bacchus qu’Orchis violente une prêtresse, provoquant ainsi la colère divine, il sera désigné comme bête sauvage et devra vivre comme tel. Il se fera dévorer par d’autres bêtes sauvages qui le poursuivront partout où il ira.

Les Dieux, par pitié, dispersèrent de belles plantes aux fleurs délicates où se trouveront les derniers morceaux de son corps.

Orchis signifiant « testicules» en grec ancien, fait allusion à la forme de la partie souterraine de la plante, représentant donc les restes du corps d’Orchis.

L’Orchidée naquit.



Article rédigé par Vanessa BENREHAB, en formation à l'École Florale en CAP 1 an.

26 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout